Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jo, l'Indien dans la ville

Jo l'Indien Chez Les Belges (Part 2/3)

30 Septembre 2015, 23:01pm

Publié par Jo l'Indien

Cet article est la suite de ce post. Je continue mon compte-rendu sur la Belgique en mettant l'accent sur le Centre Belge de la Bande-Dessinée et les fresques de BD qui ornent la ville.

LE CENTRE BELGE DE LA BANDE-DESSINEE (CBBD)

« Fille : J’ai vécu à Bruxelles et je n’ai jamais visité le Centre Belge de la Band-Dessinée »

Suite à ces mots, il était bien entendu que toute relation s’avérait impossible avec cette demoiselle. Comment peut-on vivre dans la capitale mondiale de la bande-dessinée et ne pas visiter cette 8ème merveille du monde moderne ??

En un week-end, j’ai réalisé ce que celle-dont-je-ne-prononcerai-plus-le-nom n’avait pas fait.

Le CBBD (oui, je suis pour l’économie de polices de caractères) se situe dans le centre-ville et demeure l’un des musées les plus importants de la capitale Belge (plus réputé que le musée des beaux-arts par exemple).

Avant même de prendre ses billets (que j’ai obtenu à moitié prix dans le cadre du festival annuel de la bande-dessinée, lors du premier week-end de septembre), on croise des statues d’Astérix (cocorico !), de Lucky Luke, d’un Schtroumpf (je ne sais pas lequel, c’est qu’ils se ressemblent tous), ainsi que la fusée de Tintin ou bien encore la 2CV des parents de Boule (ndlr : le marmot maître de Bill).

 

On grimpe les marches et on ne peut s’empêcher de sourire en voyant cette marche légèrement brisée, illustrée par une vignette de Tintin (Hergé).

Le premier étage est dédié à l’histoire de la bande-dessinée de ses origines à nos jours, ainsi qu’aux différentes étapes de la création d’une bande-dessinée (crayonnées, encrage, colorisation et même distribution et marketing).

Le deuxième étage abrite – outre l’énorme chapeau de Spirou -  l’histoire du bâtiment (autrefois dédié à la vente de meubles), des expositions permanentes dédiées à Hergé, aux Schtroumpfs ainsi qu’à Blake et Mortimer (mais fermé lors de mon passage car en restauration L) et des expositions temporaires.

Pour ma part, j’ai eu droit à une rétrospective sur le scénariste Jean Van Hamme et l’une de ses œuvres principales : Thorgal.

Ayant un programme chargé et certaines expositions étant inaccessibles, je n’ai consacré que 3 heures à ce lieu.

 

LES FRESQUES

Au détour de la ville de Bruxelles, vous tomberez assurément sur l’une des multiples fresques de bande-dessinée qui ornent les murs des bâtiments.

Pour vous faire l’économie d’une visite guidée pédestre, je vous propose quelques prises de vue agrémentés des commentaires explicatifs.

A retenir : les fresques ont pour la plupart vocation à se fondre dans le décor dans lequel ils sont exposés (un peu comme « le mouvement In Situ » dans l’art contemporain).

Ainsi, cette grande fresque de Spirou et Fantasio, au pied de l’ascenseur,  se situe sur une place qui abrite une fontaine décorée d’un singe tous deux représentés dans le dessin. Les vendeurs qui tentent de s’arracher le costume du célèbre groom ont les traits des différents auteurs et repreneurs de la sérié Spirou (Franquin, Jijé, Tome et Janry…).

« Passe Moi l’Ciel » de Janry et Stuf figure sur un mur longiligne et joue sur la verticalité entre les hauteurs du ciel et les profondeurs de l’enfer. La fresque se lit donc de haut en bas (ou de bas en haut, c’est selon vos envies).

La fresque de Blondin et Cirage (et cet étonnant personnage jaune aux tâches noires qui vous rappelleront un fameux personnage à la longue queue) est un extrait en deux cases dont la séparation est assurée par le rebord-même du mur.

Odilon Verjus se fond parfaitement dans le décor puisque le décor de cette fresque se complète avec le décor réel. Il faut se situer bien en face de la fresque pour bien voir cette continuité… et imaginer le Palais de Justice sans ses éternels échafaudages.

La fresque de Ric Hochet est –selon moi – celle qui se fond la plus parfaitement à son décor. Le mur dessiné semble être l’authentique mur de cet immeuble et les personnages jouent une parfaite interaction avec le lieu. BIG UP !

 

Broussaille propose quant à lui une mise en abime ! On y retrouve donc le décor dans lequel il est exposé, mais aussi le même décor dans le même décor dans le même décor…

Comment peut-on parler de la BD belge sans observer une ouvre d’Hergé ? Ce n’est pas notre reporter Tintin qui est mis en avant, mais les chenapans en culottes courtes Quick et Flupke qui vivent un gag à l’aide d’une représentation de palissade en bois peinte… sur un mur en briques !

Il y’en a beaucoup d’autres à découvrir : à vous de poursuivre la quête à l’occasion.

De plus, pour des oeuvres caritatives, des rues ont été symboliquement renommées avec des identités de personnages de BD, à vous aussi de les retrouver.

En attendant, sachez qu’il y a également des statues qui parcourent la ville.

Ca change des statues classiques en marbre, non ?

 

#Bruxelles #Belgique #CBBD #fresques #bande-dessinée