Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 02:02

N'hésitez pas à émettre vos hypothèses dans les commentaires.

La solution en survolant le bouton ci-dessous...

 

 

 

 

#mickey enigme, #detective conan, #sherlock holmes, #kenny

Partager cet article

Published by Jo l'Indien
commenter cet article
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 02:00

 

#magie #vol #disparition #fail

Si tu aimes mon contact avec les enfants, tu peux retrouver d'autres supers anecdotes , ici ou bien encore .

Partager cet article

Published by Jo l'Indien - dans Moi - moi - moi
commenter cet article
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 13:54

Petit résumé en une image de mon passage à la Guadeloupe.

Un grand BIG UP à Marion (non, pas celle du blog), mon amie du blog Vivre sur une Ile qui m'a accueillie de la plus belle des manières et m'a fait découvrir moultes activités.

On ne perd pas plus de temps, on clique sur le lien, on like sa page Facebook   ! Hop, hop, hop !

Partager cet article

Published by Jo l'Indien - dans Moi - moi - moi
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 00:05

 

#Beatbox #hiphop

Partager cet article

Published by Jo l'Indien
commenter cet article
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 00:04

Le 9 mars 2015, un drame a lieu en Argentine lors du tournage de l'émission de télé-réalité "Dropped" : 2 hélicoptères se percutent violemment quelques secondes après leurs décollages entraînant la mort de 8 français et 2 pilotes argentins.

Il s'agit du plus grand désastre de télé-réalité sur les chaînes françaises, mettant en scène différents sportifs lancés dans un jeu de survie. Cet accident tragique fut relayé par tous les médias, mettant essentiellement en avant les 3 sportifs français Florence Arthaud, Camille Muffat et Alexis Vastine.

Je déplore cet accident et soutient toutes les personnes attristées par la disparition de tous ces malheureux, mais je souhaite m'exprimer envers un de mes meilleurs amis d'enfance, mon frère de coeur, qui était cadreur pour cette émission et qui a lui aussi tragiquement perdu la vie à seulement 32 ans : Brice Guilbert.

Qui était Brice Guilbert ?

Un cadreur ? Oui, mais ça ce n'est que son métier (et aussi sa passion). Brice, c'était avant tout un camarade d'école primaire que j'ai connu en CE2 et qui allait assez rapidement devenir l'une de mes plus belles histoires d'amitié au fil des années.  Quelques temps après notre première rencontre, Brice m'a agrippé à la sortie de l'école pour que je sois filmé pour la première fois sous l'objectif de son papa qui venait de s'offrir une caméra, par ces quelques mots : "lui, c'est mon copain".  Déjà à cette époque, comme un signe, le monde de l'image allait jouer un rôle capital.

Brice avait une âme d'artiste similaire à la mienne et il n'est pas surprenant que durant les années CM1 - CM2, nous préférions jouer avec nos figurines ou à improviser des sketchs pendant que nos camarades mecs jouaient au football. 

Nous nous perdîmes de vue durant nos années collège - étant tous deux dans des collèges différents - si ce n'est un après-midi où je lui avais traduit l'intégralité d'un film de Walt Disney que je regardais en boucle et en version originale : le Roi Lion. Ce chef d'oeuvre du 7ème art (encore) allait devenir "notre film", au point que nous le vîmes ensemble au cinéma lors de sa sortie en version 3D en 2012.

Nous nous revîmes au lycée et il nous fallu quelques minutes seulement pour retrouver la complicité de notre enfance et ne plus jamais se perdre de vue. Nous avions lancé notre groupe de rap gentil (uniquement pour les intimes ), réalisé des courts-métrages, passant au fil des années du noir et blanc en intérieur au numérique couleur en extérieur et passer de nombreux moments délirants ensemble,entourés de notre groupe d'amis.

 

Avant d'être cadreur, Brice est pour moi un de mes plus fidèles amis, un de mes frères, au point où il m'a demandé d'être l'un des témoins de son mariage surprise ! "Pour un mariage décalé, il faut un témoin décalé" m'avait-il annoncé. En 2013, tous les proches des futurs mariés avaient été invités pour la crémaillère de la nouvelle maison que les amoureux venaient de s'offrir et j'avais pour mission de garder le secret et de rassembler tout le monde sur place alors que les hôtes allaient se vêtir chacun de leur côté de leurs habits de mariés. Brice et sa compagne apparurent sous les yeux ébahis de l'assemblée pour annoncer leur union. 20 minutes après la surprise générale, les fiancés réalisaient une chorégraphie entre danse et jeu d'acteurs au coeur de la mairie avant de se dire définitivement "oui"... Etre témoin pour cet événement était l'un des plus grands honneurs qui m'ait été donné.

Un an plus tard, Brice sera papa d'un enfant à qui nous chanterons des musiques de "notre film", le Roi Lion.

 

Des courts-métrages de gamin à "Pékin Express"

Outre notre apparition devant la caméra en CE2, Brice s'était inscrit quelques années plus tard, par hasard, sans ambition ni passion en section audiovisuelle dans notre lycée. Il devint accro de la caméra et nous fîmes, hors de ses cours, des courts-métrages d'adolescents, en amateur. Son bac en poche, Brice décida de ne pas arpenter les bancs de l'université pour poursuivre ses études théoriques dans le domaine, préférant l'action : il décida de se lancer dans la carrière de cadreur, et choisir la rude voie d'intermittent du spectacle.

Jonglant avec des petits jobs alimentaires, Brice démarchait sans pistons des futurs mariés et autres particuliers ayant besoin des services d'un cadreur pour immortaliser des moments précieux (mariages, bar mitzvahs, anniversaires...) afin de leur proposer ses services de cadreur, mais aussi de monteur vidéo. Fort de ce régime, il finit par rencontrer divers professionnels et a ensuite enchaîné les reportages locaux de la région lyonnaise, passant par des films d'entreprise et les retransmissions des matchs de l'Olympique Lyonnais, club mythique de football évoluant en Ligue 1.

Parallèlement à ses missions, Brice aspirait à vivre les tournages les plus éprouvants mais aussi enrichissants, notamment l'émission d'aventure Pékin Express. Comment un jeune cadreur de la région lyonnaise pouvait aspirer à atteindre ces hautes sphères des images sportives ?

Le culot pour appâter, le talent pour confirmer.

Épaulé par sa géniale petite amie qui deviendra son épouse, Brice envoyait des DVD de ses travaux à différentes boites de production. Il allait même jusqu'à mettre "pause" sur les génériques de fin des émissions qui l'intéressait pour repérer des noms à contacter. Petit à petit, il fût appelé pour s'essayer à diverses émissions sur la TNT, puis rapidement sur les plus grosses productions à succès : "Un Dîner Presque Parfait", "Tous Ensemble", "L'Ile de la Tentation", "la Belle et ses Princes Presque Charmant", "Les Ch'tis à Mykonos" et bien d'autres, multipliant ainsi les allers-retours entre Lyon et Paris. Visiblement, son travail devait être satisfaisant puisqu'il avait tellement de propositions qu'il fût obligé d'en refuser régulièrement, lui, l'intermittent du spectacle.

En parallèle à son activité professionnelle, Brice pratiquait un grand nombre de sports à sensations : via ferata, canyoning, surf, plongée sous-marine en passant par le saut en parachute. Il avait obtenu le permis bateau et était en train de passer son diplôme pour le vol en ULM.

En cumulant sa passion pour le sport et le voyage, son rêve professionnel devint réalité : il participa à plusieurs éditions de Pékin Express et fît le tour du monde en 20 jours pour Amazing Race, soit le même parcours que les candidats...mais avec une caméra de 15 kilos sur l'épaule !


De l'ombre à la lumière

"Tu sais, j'ai accompli mes rêves et j'ai vécu tellement de belles choses dans ma vie  que je pourrai mourrir maintenant." avait-il confié à sa femme et mère de son enfant.

Quand on grandit avec un si cher ami depuis sa plus tendre enfance avec autant de complicité, on ne peut s'imaginer le perdre aussi jeune, et en si parfaite forme. On ne peut accepter de perdre quelqu'un qui aimait tant la vie et qui en profitait à fond. On ne peut admettre que tous les projets prévus sur le long terme avec un frère de coeur ne verront jamais le jour.

Le 9 mars 2015, alors que Brice prend place dans l'un des hélicoptères maudits en Argentine, j'étais moi-même dans le cockpit d'un avion commercial moyen-courrier pour la première fois de ma vie, en départ de la Guadeloupe et direction Miami (Etats-Unis), soit à quelques kilomètres au nord de l'Argentine. Comme si nous étions en unisson une dernière fois.

Durant mes vacances, loin de l'hexagone, j'apprends le drame surréaliste de l'émission au titre prémonitoire "Dropped" et lis avec horreur le nom et le prénom de mon Brice Guilbert...dans les médias ! Comment est-ce qu'un type avec qui je jouais aux figurines en marge d'une classe de primaire peut ainsi être au coeur du chaos médiatique national sur tous les supports d'information français ? Comment un si fervent professionnel de l'image peut passer de l'ombre de l'objectif aux lumières des médias ? Je décortique tous les journaux, visionne les hommages en ligne : il n'y a plus de doute : le cauchemar éveillé est bien la dure réalité. Je ne reverrai jamais mon ami, mon frère.

Je n'en doutais pas un seul instant, mais Brice était apprécié par un grand nombre de collègues et des candidats des émissions sur lesquels il avait travaillé.Ainsi, plus discrètement que les 3 champions de sport, des hommages furent rendus à mon cadreur préféré.

Quelques hommages publiques parmi tant d'autres ci-dessous :

Le maire de la Ville de Lyon :

Julie Andrieu, sur France Télévisions :

 

L'hommage de 300 personnes à la marie de Chaponost.

 

Brice, c'est à mon tour de te rendre hommage. Peut-être plus tardivement que les médias, mais il me fallait digérer nos derniers adieux sur ton cercueil avant que je puisse m'exprimer au mieux pour toi. J'ai toujours dit que "l'amour dure une nuit et l'amitié dure une vie", il me parait donc normal que je te témoigne d'une "lettre d'amitié".

 

Brice était déjà présent sur mon blog sur différents articles que vous pourrez (re)découvrir ici :

Il était sur mon blog dès mon premier jour de diffusion, le 8 novembre 2010.

L'histoire de notre goupe de rap gentil, c'est ici.

Nos vacances et premières expériences de surf, c'est cet article.

Le projet de carrière de Brice illustrée sur cette page.

Ses passages dans mon lit (pour le dépanner, hein).

....et enfin le jeu dont vous êtes le héros où vous devez nous aider tous deux à accomplir notre concert ABS.

Je profite de cet article pour rappeler que je pense aussi à mon ami Benjamin, que j'avais perdu bien trop tôt, il y a bientôt 2 ans, et qui était également âgé de 32 ans, et à qui j'avais aussi rendu un hommage à ma manière.

Merci d'avoir lu jusqu'au bout. Merci pour lui. Merci pour mon Brice Guilbert.

 

#Brice Guilbert, #Dropped, #TF1, #M6

 

Partager cet article

Published by Jo l'Indien
commenter cet article
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 00:24

Suite de cet article.

Visiblement, la meuf enceinte est un poisson d'avril !

Partager cet article

Published by Jo l'Indien
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 00:21

Partager cet article

Published by Jo l'Indien
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 20:42

A l'occasion de la sortie du numéro 1179 de Charlie Hebdo, premier numéro paru après le tirage historique du journal satirique à 7 000 000 d'exemplaires, j'ai voulu rebondir sur la Une du quotidien sportif l'Equipe du jeudi 8 janvier 2015 qui montrait une illustration intitulé "Liberté 0 -  Barbarie 12".

Cette image, c'était le match aller. Depuis il y a eu le match retour. La victoire !

...et pour vous rafraichir la mémoire, l'oeuvre originale de Soulcié pour le magazine l'Equipe :

 

TAGS : #equipe #jesuischarlie #charliehebdo #football #soulcie

Partager cet article

Published by Jo l'Indien
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 13:58

Illustration suite à une "commande". :)

Partager cet article

Published by Jo l'Indien
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 01:42

Partager cet article

Published by Jo l'Indien
commenter cet article